Découvrez
nos actualités

Dossier de presse – Pose de la première pierre du futur site de fabrication et de distribution de la Société AUDEBERT BOISSONS à Lempdes – Jeudi 22 novembre 2018

5 décembre 2018 - Espace presse


Le jeudi 22 novembre 2018, à 10 heures 30, rue Ernest-Jean-Bapt, à Lempdes
(63), Philippe Audebert posera la première pierre du futur site de fabrication et
de distribution d’Audebert Boissons. Membre du club très fermé des
entreprises familiales françaises centenaires, Audebert Boissons, limonadier
depuis 1901, inscrira une nouvelle étape majeure dans son parcours.
Entouré des partenaires impliqués dans ce développement, Philippe Audebert,
en implantant le siège social d’Audebert Boissons à Lempdes (63), illustrera à
son tour la dynamique des PME auvergnates. Et Auvergnat Cola, égérie
débonnaire de la marque, sera désormais produit au coeur de l’Auvergne.

Lempdes, une évidente implantation :) 
Lempdes (63), berceau de la 2CV imaginée par Pierre Boulanger -cogérant de
Michelin et P.D.G. de Citroën à partir de 1937-, était prédestinée à accueillir le
nouveau siège social d’Audebert Boissons; Gaston, emblématique égérie de la
marque Auvergnat Cola, ne se déplaçant qu’au volant d’une rutilante 2CV rouge !!
En arrivant sur cette commune à l’Est de Clermont-Ferrand, Audebert Boissons
ressuscite les arômes de la torréfaction de café, 10 ans après le départ d’une grande
marque et tisse un lien toujours plus proche du territoire avec une production de
bières et de whisky dont la matière première pourrait être issue de filières
auvergnates.
Bières, Softs, Café et Whisky
Sur 4,5 hectares de terrain, ce futur bâtiment de 8.200 m², doté de 11 quais de
chargement, a pour objectif avoué d’assurer le développement de l’entreprise sans
oublier le confort de travail ainsi que la sécurité de ses collaborateurs.
Micro-brasseur depuis 2005, Philippe Audebert s’adosse à une expérience de
production où le matériel joue un rôle prépondérant pour maîtriser, la qualité et la
régularité au fil du temps.
L’unité de production de Lempdes sera dimensionnée afin de permettre aux bières
artisanales des marques « Le Bougnat » et « Krypte » d’être élaborées dans les
meilleures conditions.
Optimisation de la production et anticipation écoresponsable
Chef d’entreprise visionnaire depuis son arrivée à la tête de l’entreprise familiale, en
1991, Philippe Audebert, a, au fil des années, appliqué le fameux principe « penser
global, agir local » en ce qui concerne le développement de ses activités. En matière
de Développement Durable il adhère, à la charte DD de sa profession, depuis sa
création, s’engageant ainsi à « Servir ses clients autrement », à « Limiter son
empreinte environnementale » et à « Impliquer, valoriser et responsabiliser ses
collaborateurs ».
Devant l’impérieuse nécessité de limiter les déchets, en bon pratiquant de l’économie
circulaire ( les camions effectuent des tournées en clientèle en partant et en revenant
systématiquement, et quotidiennement, au même entrepôt), l’entreprise effectue
ainsi la reprise des emballages de boissons auprès de ses clients professionnels,
d’une part en privilégiant les emballages en bouteilles ou en fûts dits , « consignés »
ou encore re-remplissables, et d’autre part en reprenant les emballages en verre
perdus dits « à usage unique ».
L’utilisation exclusive de fûts en inox par les Ets AUDEBERT s’inscrit dans cette
dimension éco-responsable, face aux fûts en plastique qui sont quant à eux une
énorme source de déchets non recyclables.

Le respect de l’environnement et les engagements en matière de Responsabilité
Sociétale et Environnementale (RSE) sont des valeurs majeures qui ont guidé les
choix faits dans le projet d’implantation de la société Audebert Boissons au sein la
Zone de la Fontanille à Lempdes. Cette situation géographique améliorera la
maîtrise des circuits de production, la réutilisation des emballages et la livraison de
proximité dans un cadre régional.

A propos de :
Le site de Lempdes fabriquera la gamme soft (Auvergnat Cola, Auvergnat
limonade, Auvergnat thé pêche,.), les bières (Krypte et Le Bougnat), le Café TEO et
le Whisky vieilli en fûts de chêne pendant 3 années minimum.

Montant de l’investissement global : 15 M€
Salle à brasser KRONES (leader mondial) de 60 hl avec cuves de fermentation
ZIEMEX et de garde, levurier, CIP, filtration, cuves de malt, etc.
Alambic Chalvignac (spécialiste français) de 25 hl à repasse avec col de cygne
fabriqué en Ecosse. Les précieuses eaux de vie vieilliront en fûts de chêne dans un
chai de 450 m2 positionné à l’arrière du terrain à côté de l’alambic dans un bâtiment
dédié de 600 m2.
Groupe d’embouteillage multi formats 6000 bouteilles/heure. Transfert de l’unité de
Bort les Orgues avec ajout de nouvelles machines : Soutireuse KOSME (filiale
KRONES), Saturateur-Premix, Tunnel Pasteurisation FTM, laveuse de bouteilles et
de caisses consignées GM-GERA, Conditionneuse de Pack et Wrap, ensemble de
convoyeurs synchronisés, etc.
Ligne de conditionnement de Fûts KHS (leader mondial) : Soutireuse de fûts 80
fûts/h avec Flash Pasteurisateur et CIP.

Nombre de collaborateurs : 35 sur le nouveau de Lempdes
Maîtrise d’oeuvre : Entreprise générale Silicium à Clermont Ferrand
Ouverture prévue du site en Juin 2019
Autres sites de distribution :
         Aurillac 15000
        Comptoir des Vignes Aurillac 15000
        Bort les Orgues 19110
        Saint-Etienne 42270
        Comptoir des Vignes Clermont Centre-Ville 63000
Rénovation du site d’Aurillac et construction du site de Saint-Etienne en 2018

Audebert Boissons
Installé aux pieds des volcans, Audebert Boissons est Distributeur et Producteur
depuis 1901. La maison fabrique sa limonade artisanale, depuis bientôt 120 ans,
dans le pur respect de la tradition et des recettes transmises de génération en
génération…

AUDEBERT Jacques, Michel, Marcel, Philippe
Audebert Boissons de père en fils de 1901 à 2018
En 1901, Jacques Audebert crée, sur le site historique du siège de la société, à
Bort-les-Orgues (19), une activité de limonadier et de grossiste en vin. Il va livrer les
cafés et épiceries, dans un rayon de 15 kilomètres autour de sa commune, avec sa
carriole et son cheval.
En 1935, son fils Michel assure la succession. Il pérennise l’activité de limonadier et
de grossiste en vins et y ajoute le conditionnement de bières bouteilles, achetées en
vrac. Il commence, avec l’achat d’un camion, à élargir la zone de distribution. Elle
sera portée à plus de 30 kilomètres par Marcel, son fils, qui prend sa suite en 1960.
La zone de chalandise s’étend jusqu’à Mauriac, Riom-ès-Montagne, Condat.
L’activité va se poursuivre jusqu’en 1990.
En 1991, Philippe arrive à la tête de l’entreprise, dont l’envie d’entreprendre, du haut
de ses trente ans, va la conduire à se développer.
Il diversifie l’activité en devenant :
– Torréfacteur en 1995,
– Brasseur Artisanal en 2005 sous la marque déposée Le Bougnat,
– Producteur de cola en 2009, sous la même marque,
– Acteur majeur de la distribution CHR sur l’agglomération clermontoise avec
la création en 2001 d’un entrepôt au Cendre, composé d’un local de 3 000 m²
sur un foncier de 7 000 m².

En 1996, Philippe Audebert fait partie de ces distributeurs de boissons qui ont
décidé de prendre leur destin en main en participant à la création de CEB (Centrale
Européenne de Boissons), devenue ensuite CEDIS (Centrale Européenne de
Distribution), également dénommée C10. Au-delà du simple groupement d’achat,
C10 s’est donné les moyens, notamment par une forte augmentation de capital en
2004, d’être autonome pour effectuer de la reprise d’activité ou du portage et devenir
un véritable réseau national de distribution de boissons.
Aujourd’hui, ce réseau de 105 adhérents pour 180 sites, leader de la distribution en
CHR, assure plus de 30% des ventes de boissons sur le marché hors domicile en
France.
Comptoir des Vignes est l’enseigne des magasins de vins de C10.
Cette mutualisation des savoir-faire permet aux adhérents de C10 de proposer une
gamme de vins de qualité avec, là aussi, des références en provenance du monde
entier.
Philippe Audebert appartient au groupe des créateurs de C10. Actionnaire,
Administrateur, il est aussi membre du Directoire. Mais il s’appuie aussi
sur une croissance externe depuis 25 ans pour développer Audebert Boissons. Entre
1992 et 2015, il rachète des entreprises de distribution de boissons sur la Région
Auvergne Rhône-Alpes :
Robert Faure à Mauriac (15), en 1992,
Pierre Delquaire à Besse (63), en 1994
Cafés Barthélémy au Cendre (63), en 1995
Momaur à Aurillac (15), en 1996
Blanc-Vigouroux à Aurillac (15), en 1997
Sautarel aux Quatre Chemins (15), en 1999
Delmas à Laroquebrou (15), en 2006
Boisson Diffusion à Cournon (63), en 2006
Cafés TEO torréfacteur à Saint-Flour (15), en 2007
Elidis La Courtine filiale de Distribution de Kronenbourg, en 2008
Bornes à Salers (15), en 2010
– La marque Auvergnat Cola, en 2011
Caves du Centre, à Saint-Etienne (42), en 2015

Audebert Boissons, leader de la distribution de boissons en Auvergne
Audebert Boissons, c’est 50 collaborateurs et un chiffre d’affaires de 17,5 Millions
d’euros, principalement en Région Auvergne Rhône-Alpes. Il distribue tous types de
boissons : bières et cidres, softs, jus de fruits, sirops, eaux, vins et champagnes,
spiritueux, cafés et boissons chaudes.
La société Audebert Boissons propose ses propres produits en complément d’une
large gamme de plus de 3 000 références.
Audebert Boissons fabrique et distribue ses produits :
– Bière Blonde Le Bougnat, Bière KRYPE Blonde, Blanche, Triple, et bientôt
      Ambrée, Rouge, IPA, Brune, Noël, Printemps
    – Sodas : Auvergnat Cola, Cola Zéro, Limonade, Tonic, Thé Pêche, Orange,
      Agrumes, Citron
    – Cafés TEO
Audebert Boissons, avec les enseignes BOREALIS pour les professionnels
et Comptoir des Vignes pour ses magasins présente une très belle gamme de vins.
L’entreprise réalise environ 20% de son chiffre d’affaires en vente de vins et
champagnes.
Un mariage prolifique
Audebert Boissons fabrique de la limonade depuis plus d’un siècle à Bort-les-
Orgues. C’est Jacques, le fondateur, qui avait lancé cette production, en 1901. Au
début des années 80, le limonadier a répondu à la demande en fabriquant du cola et
du tonic en grand conditionnement pour les discothèques.
En 2009, toujours sur le même site, sous la marque Le Bougnat, Philippe démarre la
production d’une gamme complète de sodas. C’est sous cette même marque que
depuis 2005, il conditionne la bière qu’il produit avec sa micro brasserie.
Et l’Auvergnat Cola naquit………………………..………..…………
L’Auvergnat Cola est né de la volonté de produire une boisson jouant sur la forte
identité régionale des auvergnats, consommateurs ou professionnels de la
restauration, ainsi que sur l’attachement aux racines auvergnates de nombreux
parisiens, en particulier les patrons de bars et brasseries, successeurs des Bougnats
Auvergnats. Mais la marque voulait se décliner sur une image décalée, voire
complètement déjantée. L’Auvergnat Cola est alors né, comme un grand éclat de
rire et de lumière qui vient égayer une actualité parfois empreinte de grisaille, en
pratiquant un humour au troisième degré et en chérissant, avec sensibilité, ses
attaches auvergnates. www.auvergnatcola.com.
L’Auvergnat Cola et l’Auvergne, une belle histoire d’amour……….
Emporté par cette vague, l’Auvergnat Cola a su générer une appropriation
identitaire inattendue tant auprès des entreprises, cafés, restaurateurs et brasseurs
auvergnats, que des consommateurs auvergnats ou de passage en Auvergne.
Il réveille une appartenance régionale cohérente avec la régularité et la qualité de
sa production. La marque a même une visibilité égale ou supérieure à d’autres colas
régionaux que sont Breizh Cola et autres Corsica Cola.

En étant distribué tant en CHR que dans la grande distribution, la marque Auvergnat
a su initier une communauté engagée qui n’hésite pas à faire partager ses selfies sur
les pentes de ski du Lioran et de Super Besse ou du Mont Dore et dans les travées
du Stade Marcel-Michelin.
L’Auvergnat Cola : une bouteille en verre pour cafés et brasseries
Les brasseurs et cafetiers ont conservé l’usage de la bouteille en verre consigné
lorsque cela était possible.
Certains distributeurs comme Audebert Boissons, grâce à leurs camions qui ne
rentrent pas à vide de leur tournée mais chargés d’emballages consignés, s’adaptent
aussi aux contraintes environnementales en proposant un service de récupération de
bouteilles en verre perdu.
L’option des boissons en verre consigné, est économe en énergie et respectueuse
de l’environnement surtout pour les productions régionales.
Audebert Boissons reste dans cette tradition des brasseurs et possède, depuis
l’origine, une ligne d’embouteillage avec une laveuse de bouteilles.
Au Bougnat et à la Krypte, la bière
Bière basse fermentation Le Bougnat Blonde, et bientôt Le Bougnat Myrtille avec
du jus de Myrtilles d’Auvergne et Le Bougnat Miel avec du Miel d’Auvergne
Bière haute fermentation KRYPE Blonde, Blanche, Triple, et bientôt Ambrée, Rouge,
IPA, Brune, Noël, Printemps.
Et toutes novations à venir.
A TEO le café
Les cafés TEO sont torréfiés au Cendre depuis 2008 avec des installations de pointe
dont un torréfacteur traditionnel à tambour PROBAT (leader mondial) de 500kg/h
Les cafés verts sont soigneusement sélectionnés dans plus de 20 pays producteurs.
L’obsession de la qualité associée à un service technique performant auprès des
clients permet une extraction optimale des Cafés TEO pour les CHR qui transforment
les grains en Expresso et qui confectionnent toutes les boissons gourmandes .
TEO est le café pour les Bars Restaurants leader en Auvergne avec 200 tonnes de
cafés vert torréfiés chaque année.
A 2022 LE WHISKY !

A l’Auvergnat, les soft-drink
Le rachat de la marque Auvergnat Cola, en 2011, incitera Philippe Audebert à
scinder sa production de boissons en deux marques distinctes.
Sous l’étendard de la gamme Auvergnat Cola, il rassemble l’ensemble de la
production de boissons sans alcool dont les 8 parfums seront déclinés dans toutes
les versions de consommation, en grande bouteille de 150 cl et en pack de 4×50 cl
pour la GMS et la vente à emporter, en bouteille consignée pour les CHR.
L’Auvergnat Cola, fer de lance de la marque au célèbre slogan Faï tot pétar miladiu.
L’Auvergnat Cola zéro, fabriqué avec une recette qui le rend plus doux, plus
parfumé et encore plus proche du goût de son grand frère, associe deux édulcorants
afin de rehausser le gout sucré et celui du cola.
L’Auvergnat Limonade poursuit la tradition limonadière d’Audebert avec une recette
inchangée depuis 1901.
L’Auvergnat Tonic, boisson gazeuse dans la plus pure tradition des sodas amers
grâce à la pointe de gentiane d’Auvergne (gentiane fraîche du Parc Naturel des
Volcans d’Auvergne).
L’Auvergnat Thé Pêche, boisson rafraîchissante sans gaz et peu sucrée, avec des
extraits de thé noir et du concentré de jus de pêche.
L’Auvergnat Orange, soft à base d’eau gazéifiée, de jus d’orange, limité en sucre
afin de conserver pleinement toute la saveur du fruit.
L’Auvergnat Citron, soft à base d’eau gazéifiée, de jus de fruits, limité en sucre où
les amateurs d’un vrai soda citron retrouvent une légère astringence liée au jus
naturel de citron.
L’Auvergnat Agrumes, soft à base d’eau gazéifiée, et de jus de fruits, limité en
sucre afin de conserver longuement en bouche le goût du pamplemousse, associé à
une pointe de citron vert.


Le Brassage des bières et des whiskies en quelques étapes :

1. L’empattage : Cette étape qui dure entre 1 et 2h consiste à chauffer le
mélange notamment afin d’extraire l’amidon des céréales et de le transformer
en sucre. Cette chauffe se fait notamment en suivant des paliers de
température où cette extraction est maximale (entre 63 et 70°C). D’autres
paliers moins importants peuvent être respectés, par exemple pour favoriser la
mousse, diminuer le trouble…
2. La filtration : Cette étape est cruciale et consiste à séparer le moût du résidu
de grain (drèche). Pour cette filtration, les enveloppes des grains vont agir
comme un filtre naturel afin d’éliminer les farines du grain. Cette étape se
termine par le rinçage des drèches avec de l’eau chaude afin de finir d’extraire
les sucres.
a. Pour le whisky, les opérations de brassage avec des malts spéciaux
s’arrêtent là. Après refroidissement on obtient le WORT qui ira en
cuves de fermentation.
b. Après quelques jours de fermentation avec l’action des levures, on
obtient le WASH qui sera distillé pour obtenir une eau de vie qui
deviendra un Whisky après 3 ans minimum de vieillissement en fût de
chêne.
3. L’Ebullition : Etape du processus de brassage ou on amène le moût à bouillir
(autour d’une à deux heures habituellement). C’est à ce moment qu’on ajoute
le houblon et les éventuelles épices.
L’amertume du houblon est parfaitement extraite au bout d’une heure. Les
arômes ressentis en bouche ou au nez s’extraient plus rapidement (0 à 30
minutes) et se dégradent si on prolonge davantage l’ébullition. C’est pourquoi
le brasseur ajoute le houblon à différents moments de l’ébullition (au début
pour l’amertume, et à la fin pour l’arôme).
4. Le Whirpool : c’est une phase du brassage qui intervient à la fin de l’ébullition.
Elle consiste à touiller le mout de façon circulaire, puis à attendre 15 à 30
minutes. Après ce temps de repos, les éléments solides (houblons, agrégats
de protéines, farine…) auront eu tendance à se déposer en fond de cuve en
formant un cône au centre de la cuve. Donc en soutirant le moût doucement, il
sera possible de le récupérer sans attirer ce dépôt solide.
5. Le refroidissement : grâce à des échangeurs thermiques.
6. La fermentation : grâce à l’action de la levure.
7. La filtration
8. Le soutirage : la bière est conditionnée en bouteilles, en fûts ou en canettes
par des soutireuses isobarométriques.
9. La pasteurisation pour les bouteilles (sauf la KRYPTE, triple fermentation en
bouteille et non filtrée).
10. La flash pasteurisation pour les bières conditionnées en fûts inox 20 ou 30
litres.
11. La refermentation en bouteille : certaines bières subissent une refermentation
en bouteille. Cette étape est provoquée par une adjonction de sucre et de
levures juste avant le conditionnement du liquide qui est plat dans ce cas. Au
fur et à mesure de la refermentation dans un local tempéré à 24° environ
pendant plusieurs semaines, la levure se dépose au fond de la bouteille après
avoir produit du gaz et de l’alcool, et la bière peut être reconduite en cave
froide pendant 3 semaines pour être affinée.
L’arrivée de nombreuses bières artisanales a contribué à relancer depuis quelques
années le marché Français qui était en chute depuis 30 ans.


[FOCUS SUR] : Auvergnat Cola

Le cola dans le monde
Pour certains, le véritable inventeur du Coca-cola serait Corse. Angelo Mariani, de
son vrai nom Anne-François Sebastiani est né à Pero-Casevecchie, en 1838. En
1863, il met au point la recette du «vin mariani», macération de feuilles de coca dans
du vin de Bordeaux.
C’est un breuvage tonique, vendu en pharmacie, avec des effets miraculeux contre la
grippe, les maux d’estomac, la dépression et les faiblesses sexuelles !!! Le «vin
mariani» connaît, à partir de 1868, un succès mondial grâce au génie commercial
d’Angelo qui fait témoigner les people de l’époque : le pape Léon XIII, la reine
Victoria, les présidents US Grant et Mac Kinley, des écrivains comme Dumas fils,
Edmond Rostand, Emile Zola, Anatole France, Jules Verne, des scientifiques à
l’instar de Thomas Edison, et, bien sûr, de nombreux artistes de la chanson, du
théâtre et du cinéma naissant.
Angelo développe aussi des outils de marketing moderne, cartes postales, affiches
et médailles toutes réalisées par des artistes connus et, à chaque fois, en nombre
limité. Des collectors !
Sûr de sa renommée, il ne craint pas les imitations !!!!! Pourtant, en 1885, un certain
John Pemberton, pharmacien de son état, en réalise pourtant une sous le nom de
«French wine coca» qui connaît un succès immédiat. La prohibition arrivant la même
année, il est contraint de supprimer l’alcool, le remplaçant par du kola, tout en gardant
la coca dans la recette : le coca-cola était né.
Depuis le début du XXe siècle, il se fabrique plus d’une centaine de colas dans le
monde entier. Outre les deux principaux concurrents mondiaux que sont Pepsi et
Virgin, auxquels on peut aussi ajouter Dr Pepper, Afri-Cola, Jolly-cola, RC-Cola, il
existe de nombreux colas alternatifs.
Les colas politiques, anti-américains, apparaissent dans les pays de l’est dès les
années 60, mais aussi à Cuba avec le Tropi-Cola, et au pays de Mao, le China-Cola,
en 1998, qui représente à ce jour près de 10 % de la consommation interne de sodas
de la Chine. Plus tard sont apparus les colas moyen-orientaux, comme le Zamzam-
Cola iranien ou le Mecca-Cola, originaire du Moyen-Orient, dont la consommation
s’est étendue aux pays musulmans et en Europe. En France, plus récemment, sont
apparus les colas régionaux, enfants de régions à identité culturelle forte : Breitz
Cola, Corsica Cola, Elsass Cola, Vendée Cola, Fada Cola à Marseille, Ch’nord Cola,
Col’Ardèche, Cat Cola, et Auvergnat Cola.

Régional mais qui a de l’ambition !
Si les autres colas régionaux ont pour unique cible commerciale leur région d’origine,
l’Auvergnat Cola a voulu, comme les grands, se lancer à l’assaut de la capitale. Fort
des 3.000 brasseries parisiennes tenues par des auvergnats, sans oublier tous les
cafés et restaurants d’Auvergne, il a rapidement été produit en bouteilles verre à leur
intention.

Le kola (cola acuminata)
Le kolatier est un arbre de la même famille que le cacaoyer : les Sterculiacées.
Originaire de l’Afrique tropicale de l’ouest, il peut atteindre 25 mètres de haut et son
tronc 50 centimètres de diamètre. Il donne des noix contenant généralement, selon
la variété, de 2 à 6 cotylédons dont la couleur va du blanc au rouge foncé en passant
par toutes les nuances de rose.
Au Cameroun comme au Nigéria, les arbres sont plantés au milieu des plantations
de cacaoyers ou de caféiers. La noix de Kola joue un rôle important dans la vie
locale, à la fois social, spirituel et parfois sacré. Elle est consommée fraiche ou
fermentée lors de diverses cérémonies dont les mariages, les funérailles et les
veillées mortuaires. Elle fait partie de la dot chez certaines ethnies et chez les
Bamilékés, le Kola est un signe d’amour et d’amitié.
La noix de Kola contient 2 alcaloïdes : la caféine et la théobromine ; 2 stimulants
permettant de lutter contre la faim, la soif, la fatigue. Elle aurait aussi un rôle de
stimulation de l’activité intellectuelle et sexuelle. A la recherche d’alcaloïdes, les
laboratoires d’industrie pharmaceutique l’utilisent pour la fabrication de nombreux
médicaments. Au XIXe siècle, elle fut très utilisée à titre thérapeutique sous forme de
poudre ou fermentation sucrée. C’est ce qui donna l’idée à John Pemberton, en
1885, de fabriquer un soda : le Coca-Cola.


L’Auvergnat Cola, c’est du cola made in Auvergne !
Entre traditions et second degré
Auvergnat Cola, c’est une recette traditionnelle dont les bulles explosent sous le
palais de ses adeptes. Mais c’est aussi un ton décalé et une grosse dose d’humour.
C’est pourquoi son succès ne se dément pas… Bien au contraire, la famille s’est
agrandie au fil des ans : Auvergnat zéro, Auvergnat limonade, Auvergnat thé pêche,
Auvergnat tonic,….
L’aventure de cette petite bouteille n’était pas une évidence lors de sa naissance.
Mais c’est toute une région qui a su percevoir ses valeurs et son attachement au
terroir.
Les questions ont été innombrables, lors de son lancement. Non, il n’y a pas
d’exclusivité américaine. Oui, on a le droit. Pourquoi c’est bon ? Parce que c’est fait
avec de l’eau et du sucre d’Auvergne. Pourquoi ça plaît autant ? Parce que
l’Auvergnat Cola joue la carte de l’autodérision. Sans en avoir l’air, il se moque
gentiment des modes, de la mondialisation, et revendique, sans ostentation mais
sans gêne non plus, d’avoir de vraies racines et de vraies valeurs. Et un état d’esprit
dans lequel beaucoup se retrouvent spontanément, du comité des fêtes cantalien
jusqu’à Vulcania en passant par les brasseries auvergnates parisiennes.

Face à la déferlante des boissons et colas venus d’outre atlantique, l’Auvergne avait
décidé de relever la tête et de refaire jaillir le feu de ses volcans. Auvergnat Cola, en
faisant bouillonner ses bulles magmatiques depuis 10 ans, ne compte pas s’arrêter
en si bon chemin !

L’Auvergnat Cola, une autodérision assumée depuis 10 ans
Derrière un auvergnat se cache un rebelle
Débonnaire égérie bedonnante et moustachue d’Auvergnat Cola, l’activité de cafetier
de Gaston est à l’imagerie populaire auvergnate ce que le pain et le béret sont aux
français.
Gaston donc, solidement campé sur ses volcans classés au patrimoine naturel
mondial de l’Unesco, dévalant les pentes du Puy Mary au volant de sa mythique
2CV, entouré de ces Salers dont il est éperdument amoureux (mais pas autant que
de sa Mauricette, quand même), avait presque failli faire oublier qu’il est aussi le
digne héritier de cette terre qui a vu sourdre tant de résistance. Vercingétorix, comme
tant d’autres hélas plus proches, est l’un de ses héros.
Et en ayant osé faire un pied de nez à une mondialisation dont il redoute
l’uniformisation gustative jusqu’au pied du zinc de son bistrot, il a prouvé que l’on
peut être « pot de terre » tout en réussissant à « viure al païs ».
Alors quand Stéphane Chaudesaigues, tatoueur de son état, était venu le trouver
pour lui demander son aide dans l’organisation du 1er festival du tatouage
d’Auvergne, son sang n’avait fait qu’un tour, au Gaston !
Même si le tatouage est un rituel initiatique immémorial, un témoignage
d’appartenance à un groupe ou une ethnie, la symbolique d’une croyance ou d’un
souvenir, il portait, depuis plusieurs dizaines d’années, un message de rébellion
marqué. Pour Gaston, pouvoir enfin, au vu et au su du monde entier, clamer sans
bruit que l’on pouvait être un travailleur infatigable, un auvergnat amoureux de sa
région et fier de l’être, un artisan-cafetier convaincu de l’importance sociale de son
activité citadine ou rurale et capable d’autodérision, était une opportunité sans prix.
Détendu, exceptionnellement souriant, il a prêté son biceps, musclé par tant d’heures
passées à tenir un plateau portant sa boisson tant plébiscitée, à son ami Stéphane,
et il s’est fait tatouer…un Gaston.
Le gag dans le gag. L’humour, droit dans les yeux aux paupières avachies et à la
lippe pendante. Mais prêt à en découdre avec le premier bretteur de pacotille parce
qu’il voulait, l’ami Gaston, que ce premier Cantal In’sky soit reconnu bien au-delà des
frontières du Canton de Chaudes-Aigues (15). A défaut d’être le Van Gogh du
tatouage, il a été ému par l’enthousiasme de Stéphane Chaudesaigues attiré comme
un aimant par ce bourg éponyme. Il y a vu, Gaston, la foi qui soulève les montagnes,
la soif d’accrocher son rêve à une étoile, la passion du partage d’un savoir-faire pour
témoigner de l’indispensable professionnalisme qui doit nécessairement entourer ce
métier de tatoueur. Il y a vu aussi l’ardeur follement débridée de la jeunesse, pleine
d’espoir, d’exubérance, de recherche d’un avenir toujours plus beau. Alors il a eu
envie d’en être. De redire qu’il ne faut pas baisser les bras. Que chaque jour qui se
lève est le premier des jours qu’il nous reste à vivre. Il avait alors levé son verre
(d’Auvergnat Cola) au Cantal Ink… et Fai tot petar, miladiu.
——————————–
Et un invétéré poète amoureux de son Auvergne natale
Un prat al cap d’un camin bordat de paretonas.
Un aubre de las brancas acorchadas per de tèstas banudas.
Lo sovenir de la dalha estiflant per las èrbas nautas.
La sinfonia ensordenta dels grelhs.
Lo fremiment dels fulhatges vibrant de clorofilla.
Lo bronzinadís d’una abelha pintada de nectar.
Lo bresilhadís a pena perceptible d’un rivatèl qu’òm devina
qu’amaisa las raices assedadas.
Moment d’eternitat pendolat dins lo caumaci d’un estiu cantalés.
Dins un primièr matin del monde, los fums s’escartan per acompanhar los
caminaires, sac sus l’esquina, dins una pojada lenta cap al bonur, pels penjals dels
volcans.
Al còr dels vilatges e dels borgs, las terrassas dels cafès desplegan lors para-solelh
multicolòrs per apasimar las ardors solaras.
Refrescadas per las aigas reviscolantas d’un torrent que davala de la
Planesa o alongada amb de glaçons, la pichona botelha « d’Auvergnat
Cola », fièra de son milion de sorretas, contunha de contar l’istòria siá d’un país ont
los tripons, la trufada, lo cantal e las lentilhas son l’emblèma del sieu terrador de
naissença.
Mas coma totes los enfants que fòranisan, a pas trantalhat per partir
sosténer los grops de ròck clarmonteses. Brandissent cranament son estendard
auvernhat, bailejada per la « Coopérative de Mai », a benlèu contribuït a far de
Clarmont d’Auvèrnhe la ciutat mai ròck de França ?!!

Retrouvez l’intégralité de ce Dossier de Presse ici 



CONTACT PRESSE
1) Audebert Boissons
E-mail : contactpresse@audebert-boissons.com
2) Phoebus Communication
Marie-Luce BOZOM : 06 15 15 63 20

Retour

Auvergnat Ccola

Boissons

Cola

Boissons

Cola Zéro

Boissons

Limonade

Boissons

Tonic

Boissons

Thé Pêche

Boissons

Citron

Boissons

Orange

Boissons

Agrumes

© 2016 Auvergnat Cola - Mentions légales - Développement web : Un Air de Pixel